Vous êtes ici : Accueil > Prédications > Jean-Elie MOULIN > Etre disciple de Christ, la mort qui donne la vie

Etre disciple de Christ, la mort qui donne la vie

IMG/mp3/jean-elie_moulin_-_etre_disciple_de_christ_la_mort_qui_donne_la_vie.mp3

Luc 14 V 25 à 35  :
25 De grandes foules faisaient route avec Jésus. Il se retourna, et leur dit : 26 Si quelqu’un vient à moi, et s’il ne hait pas son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères, et ses sœurs, et même sa propre vie, il ne peut être mon disciple. 27 Et quiconque ne porte pas sa croix, et ne me suit pas, ne peut être mon disciple. 28 Car, lequel de vous, s’il veut bâtir une tour, ne s’assied d’abord pour calculer la dépense et voir s’il a de quoi la terminer, 29 de peur qu’après avoir posé les fondements, il ne puisse l’achever, et que tous ceux qui le verront ne se mettent à le railler, 30 en disant : Cet homme a commencé à bâtir, et il n’a pu achever ? 31 Ou quel roi, s’il va faire la guerre à un autre roi ne s’assied d’abord pour examiner s’il peut, avec dix mille hommes, marcher à la rencontre de celui qui vient l’attaquer avec vingt mille ? 32 S’il ne le peut, tandis que cet autre roi est encore loin, il lui envoie une ambassade pour demander la paix. 33 Ainsi donc, quiconque d’entre vous ne renonce pas à tout ce qu’il possède ne peut être mon disciple. 34 Le sel est une bonne chose ; mais si le sel perd sa saveur, avec quoi l’assaisonnera-t-on ? 35 Il n’est bon ni pour la terre, ni pour le fumier ; on le jette dehors. Que celui qui a des oreilles pour entendre entende.

Pour ceux qui ne connaissent pas Dieu, il serait bon d’examiner ce qu’est véritablement connaître Dieu et croire en Dieu.
Beaucoup confessent qu’ils croient et connaissent Dieu, Satan et les démons aussi.
Ce texte intervient dans un moment où Jésus est vers la fin de sa vie.
C’est ce qui nous attend également, un jour nous ne seront plus de ce monde.
Pour la majorité de ce monde, cette réalité est obscurcie, on refuse

d’y penser jusqu’au jour où on devient vieux, malade et là, on réalise qu’on est pas invincible, et que le monde qui nous entoure n’est pas beau, n’est pas bon.
C’est ce que Jésus veut faire par rapport aux foules, il est en chemin vers la mort et dit aux gens d’ouvrir les yeux car les hommes allons tous mourir et cela devrait nous donner une vision réelle de la vie.
Sachant que tous les hommes mourront un jour, certains tôt, d’autres tard, il est impératif qu’ils sachent qu’ils ont besoin de Jésus-Christ pour leur permettre de passer de l’autre côté, dans sa présence, et pour cela il faut être quelqu’un de sa famille, et se repentir de ses fautes.
Le Seigneur Jésus sait qu’il va mourir, il est direct dans ses déclarations, il parle aux foules, et leur dit dans cette connaissance de sa mort future et de la mission qu’il doit accomplir :
V 26 Si quelqu’un vient à moi et s’il ne hait pas sa famille…

Jésus dit que pour être son disciple il faut être radical, dans sa manière de le considérer, de lui appartenir, de l’écouter, de vivre avec lui sinon il ne peut être son disciple.
Jésus parle de ce qui nous est le plus cher au niveau relationnel, des gens qui ont une place dans notre cœur en disant que son disciple doit être tellement dévoré d’amour pour son Maître qu’il doit faire passer sa famille, ceux qu’il aime en dernier plan.
Jésus n’est pas plus radical que son Père le Seigneur Dieu qui a dit : Tu m’aimeras de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée.
Tout doit être investi dans le service entre le Maître et son disciple, celui qui apprend, qui progresse et devient fort spirituellement à cause de l’enseignement de son Maître.
Jésus dit qu’il vaut mieux que nos parents, nos enfants, nos frères, nos sœurs etc…
Est-ce vrai pour nous ?
Qu’avons-nous sacrifié pour Jésus ?
Si au lieu de se convertir les êtres humains font le choix d’apaiser les relations familiales en restant comme ils sont et en ne se déclarant pas pour Christ, ils rejettent Christ.
Ce n’est pas le fait de réciter des prières, de venir au temple qui fera d’eux des disciples.
C’est pour cela qu’il est faux de prêcher aux hommes que lorsqu’ils viennent à Jésus, leur situation, leur vie sera plus belle.
L’évangile est offensif, il provoque des scandales, les gens n’aiment pas entendre que leur attitude n’est pas bonne et qu’il faut la réformer parce que Dieu le demande.
Le Seigneur Jésus va plus loin, il parle de haïr sa propre vie, porter sa croix.
Porter sa croix, c’est être condamné à mort c’est-à-dire mourir à soi-même, à nos aspirations, à ce que nous avons planifié pour notre vie, nos agendas personnels.
Haïr sa propre vie n’est pas d’avoir une attitude morbide à l’intérieur, être triste, torturé.
L’Ecriture nous dit que nous sommes déjà envahi d’un tel égoïsme par rapport à nous mêmes qu’il faut à un moment lâcher prise, arrêter de se préoccuper de soi et se demander ce que Jésus veut que nous fassions.
La deuxième partie du texte au verset 28 nous montre comment le Seigneur Jésus dit à l’incroyant qui veut le suivre, de bien réfléchir avant de s’engager et pour ceux qui se sont déjà engagés de réfléchir à l’engagement qu’ils ont pris.

LUC CH 12 V 47 à 48 :
47 Le serviteur qui, ayant connu la volonté de son maître, n’a rien préparé et n’a pas agi selon sa volonté, sera battu d’un grand nombre de coups. 48 Mais celui qui, ne l’ayant pas connue, a fait des choses dignes de châtiment, sera battu de peu de coups. On demandera beaucoup à qui l’on a beaucoup donné, et on exigera davantage de celui à qui l’on a beaucoup confié.

Celui qui a entendu l’évangile, qui connaît la volonté de Dieu pour sa vie et pense que Jésus lui demande trop et préfère ne pas se repentir et se convertir, Dieu l’attend au tournant.
Pour les chrétiens qui se sont déjà engagés avec le Seigneur, qui lui ont donné leur vie, le texte dans Hébreux 6 V 4 :

4 Car il est impossible que ceux qui ont été une fois éclairés, qui ont goûté le don céleste, qui ont eu part au Saint-Esprit, 5 qui ont goûté la bonne parole de Dieu et les puissances du siècle à venir, 6 et qui sont tombés, soient encore renouvelés et amenés à la repentance, puisqu’ils crucifient pour leur part le Fils de Dieu et l’exposent à l’ignominie. 7 Lorsqu’une terre est abreuvée par la pluie qui tombe souvent sur elle, et qu’elle produit une herbe utile à ceux pour qui elle est cultivée, elle participe à la bénédiction de Dieu ; 8 mais, si elle produit des épines et des chardons, elle est réprouvée et près d’être maudite, et on finit par y mettre le feu.

Ce texte déclare clairement qu’il y a des individus qui seront entrés dans les églises, qui auront prié, qui auront été avec les chrétiens un certain temps et qui seront partis et vont se retrouver en enfer.
Il ne s’agit pas là de vrais croyants car au verset 9 il est dit :

9 Quoique nous parlions ainsi, bien-aimés, nous attendons, pour ce qui vous concerne des choses meilleures et favorables au salut.

Il y a là deux catégories d’individus : ceux qui sont sauvés et ceux qui ont l’air d’être sauvés mais pour qui Jésus ne signifie rien et leur vie produit des chardons et des épines mais pensent que parce qu’ils viennent au temple ils trompent Dieu.
Dieu connaît ceux qui lui appartiennent.
Le Seigneur nous dit dans ce texte de Luc qu’il n’y a pas grand choix : Soit nous mourrons, soit nous mourrons.
Soit nous mourrons à cause de Jésus et nous prenons notre croix comme il l’a fait pour nous pour vivre une vie qu’il a vécue, qui ne s’éteint pas, qui est toujours satisfaisante quoique difficile, une vie de sacrifices perpétuels parce que Jésus est une rançon, ça lui a coûté.
Nous allons conclure avec ce texte car il y a des avantages à tout donner au Seigneur.

MARC 10 V 28 à 31 :
28 Pierre se mit à lui dire ; Voici nous avons tout quitté, et nous t’avons suivi. 29 Jésus répondit : Je vous le dis en vérité, il n’est personne qui, ayant quitté, à cause de moi et à cause de la bonne nouvelle, sa maison, ou ses frères, ou ses sœurs, ou sa mère, ou son père, ou ses enfants, ou ses terres, ne reçoive au centuple, présentement dans ce siècle-ci, des maisons, des frères, des sœurs, des mères, des enfants, et des terres, avec des persécutions, et dans le siècle à venir, la vie éternelle.31 Plusieurs des premiers seront les derniers, et plusieurs des derniers seront les premiers.

Lorsqu’on a tout quitté pour Jésus, il nous donne tout ce que nous avons laissé au centuple.
Lorsqu’on investi de notre temps pour Jésus, il nous redonne du temps pour nous où nous serons bénis, entourés d’une famille spirituelle, des mères, des frères et sœurs dans l’église qui nous invitent à partager des repas chez eux, on reçoit tout présentement dans ces temps sur terre. On a un avant-goût de ce que sera la vie éternelle.
Le Seigneur a parlé aussi de persécutions et en tant que chrétiens si Satan ne vous embête pas, que vous n’avez pas de difficultés dans votre vie, des épreuves parce que vous vous accrochez à Christ, vous n’êtes pas chrétiens.
Si nous sommes des disciples, cela signifie qu’on a tout abandonné pour lui et que nous n’avons jamais trop de réunions, de prières, de communion fraternelle cela n’existe pas car c’est Jésus qui décide de notre agenda.
Suivons le Maître et nous vivrons.

Pasteur Jean-Elie MOULIN

Retour en haut
Qui sommes-nous ?       Divers       Contacts       Mentions légales      
Copyright 2013 EGLISE EVANGELIQUE BATPISTE DU PLATEAU FOFO
une réalisation NASDY Digital Studio