Vous êtes ici : Accueil > Prédications > Jean-Elie MOULIN > Faire notre bilan spirituel

Faire notre bilan spirituel

IMG/mp3/jean-elie_moulin_30.12.12_-_faire_notre_bilan_spirituel_2012.mp3

En cette fin d’année, riche en événements avec de bonnes choses et de moins bonnes, nous sommes en vie pour en témoigner alors que d’autres sont partis durant cette année.
Il serait bon de nous poser la question :
Qu’avons-nous fait durant cette année ?
A quoi l’avons nous passée ?
Comment faire un bilan spirituel ? 4 éléments vont nous aider.
Déjà me demander si je suis véritablement chrétien et si j’ai une vie spirituelle ?
Est-ce que je crois dans le Dieu unique et trinitaire de la Bible ? Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu le Saint-Esprit et qu’il n’y en a aucun autre.
Si nous ne croyons pas que Dieu a un Fils qui s’appelle Jésus, qu’il a aussi une personne qui s’appelle le Saint-Esprit, nous ne sommes pas sauvés et n’adorons pas le Dieu de la Bible.
Est-ce que nous croyons que Dieu a crée les hommes bons mais qu’ils se sont détournés de lui ? Tout ce que nous voyons en terme de violence, de maladie, de meurtre, de vieillissement, cela n’existait pas au départ.
Est-ce que nous croyons que nous étions condamnés à mort par nature et par choix parce que nous aimons désobéir à Dieu sans nous occuper de son opinion.
Est-ce que nous croyons que les hommes ou les enfants sont innocents ? Cela n’existe pas, même le petit enfant qui naît, est conçu dans le péché dit l’Ecriture, et ce n’est pas parce qu’il n’a pas encore commis le péché qu’il n’est pas un pécheur, ce n’est pas parce qu’une bombe n’a pas encore explosé qu’elle n’est pas dangereuse. Nos enfants ne sont pas des innocents. Nous ne sommes pas des innocents.
L’Ecriture nous dit que nous sommes par nature et par choix condamnés à mort par Dieu, car notre nature nous incite à faire ce que Dieu n’aime pas, nous avons transgressé sa loi en actions, en paroles et en pensée.
Un véritable croyant est celui qui a compris que Jésus est le seul moyen de lui éviter l’enfer que Dieu promet, une souffrance éternelle et méritée pour chaque transgression que nous avons commise, que Dieu enregistre et que Christ efface par son sang sur la croix.
Lorsque Christ meurt pour une faute elle est confessée une fois, elle est effacée à jamais et il ne s’en rappellera jamais.
Un chrétien est quelqu’un qui a compris qu’il ne méritait pas d’être pardonné, que Jésus lui a fait grâce et que Dieu lui a accordé son pardon.
Cela nous amène à nous demander si nous sommes justifiés ? Si oui quels fruits portons-nous ?
Certains se disent justifiés et leur vie est en décalage, il n’y a pas cette humilité par rapport aux autres, pas d’amour, pas de joie, pas de paix, pas de bonté, pas de maîtrise de soi, rien de tout cela. Ils n’ont pas cru véritablement, car on ne vit pas sa foi pour soi. Certains disent c’est entre Dieu et moi, cela n’a aucun sens. Le Seigneur a dit : Que votre lumière brille devant tous les hommes.
Ces considérations sont indispensables si nous voulons faire un vrai bilan spirituel qui plaise à Dieu.
4 éléments sur lesquels nous allons réfléchir :

1) Il nous faut penser à l’avenir.
Moïse, Samuel, le Seigneur Jésus, Paul, ont fait le bilan spirituel de leur vie.
Il nous faut donc analyser ce que nous avons produit cette année et en l’occurrence dans notre vie jusqu’à maintenant.
Ces leaders cités antérieurement pensaient tous à l’avenir et lorsqu’ils ont fait leur bilan cela a toujours débouché sur des consignes, des directives pour le futur. Ils sont humbles et ont conscience qu’après eux la vie va continuer.
Dans Actes 28 V 18 à 31 Paul dit V 25 : Je sais que vous ne verrez plus mon visage mais je vous laisse des consignes pour après.
Lorsqu’on fait son bilan spirituel, on a conscience que l’Eglise, l’œuvre de Dieu ne peut être détruite, on sait qu’il y aura un après, parce qu’un chrétien a cette promesse de Christ dans Matthieu 16 V 18 il est dit : je bâtirai mon Eglise et les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle. Même si nous disparaissons, le Seigneur a bâtit son Eglise et continuera de bâtir son Eglise. Son œuvre ne pourra être détruite, ni arrêtée.

2) Penser à l’après, c’est penser à l’influence que j’ai auprès des autres. Notamment les hommes dans leur foyer ont une influence, ils peuvent avoir une influence malsaine en ne disant rien, en étant brutaux, en blessant et peuvent avoir une bonne influence en étant des gens présents pour leur foyer, qui orientent, prennent des décisions de prier, d’agir conformément à ce que Dieu dit, et en prenant tout simplement des décisions.
Il faut nous poser la question à savoir : Quelle influence ais-je eu dans ma famille, et avec les frères et sœurs ?
Dans 1 Samuel CH 12 V 3 Samuel fait son bilan et demande s’il a été un mauvais juge, un mauvais pasteur, est-ce que l’on pouvait le soudoyer ? Le peuple atteste qu’il n’a pas exercé de pression sur lui, qu’il n’était pas corrompu, qu’il n’a volé personne et Samuel n’hésite pas à demander ce que le peuple pensait de lui.
Même si un chrétien n’est pas constamment en train de se demander ce qu’on va penser de lui, si en fonction de ses actions les personnes vont l’aimer, il n’en demeure pas moins qu’un chrétien ne doit pas être cavalier dans ses attitudes en pensant qu’il se fiche de l’opinion des autres.
Jésus lui même demandait aux disciples : Qui dit-on que je suis ?
Le chrétien n’est pas capturé et paralysé par l’opinion des autres et n’est pas indépendant de l’opinion des autres.
Dans 1 Timothée 3 et Tite 1 l’apôtre Paul donne les caractéristiques d’un pasteur, d’un ancien il dit : il faut qu’il soit irréprochable dans le sens où il doit être mari d’une seule femme, qu’il ne soit pas adonné au vin, que les choses soient en ordre chez lui, et l’Eglise le saura en regardant l’individu, l’Eglise le voit agir avec les frères et sœurs dans la douceur, le calme, il sait diriger sans être dominateur, l’Eglise voit, et celui-ci ne peut pas dire qu’il se moque de l’opinion des autres, qu’il fait ce qu’il veut etc…car il est élu pasteur à cause de l’opinion que les gens ont de lui.
Dans 1 Pierre 2 V 12 il est dit : 12 Au milieu des païens, ayez une bonne conduite afin que là où ils vous calomnient comme faisant le mal, ils voient vos œuvres bonnes et glorifient Dieu au jour de sa visite.
Le chrétien agit conformément à la vérité et il a un impact sur ces personnes qui vont se convertir et glorifier Dieu, dans le sens où ils auront une bonne opinion sachant que ce chrétien est droit et perçoivent donc l’œuvre de Dieu dans sa vie.
Dans Romains 14 V 14 à 22 il est question des rapports entre les frères et sœurs.
3) Il faut penser à transmettre. Les 3 hommes cités antérieurement ont pensé à transmettre quelque chose.
Moïse a transmis 5 livres, Samuel 1, le Seigneur Jésus par ses apôtres a laissé les évangiles, Paul a laissé 13 lettres et nous chrétiens que transmettons-nous aux autres ? Sommes-nous hypocrites, avons-nous des lèvres impures ?
Dans Ephésiens 4 V 25 il est dit ; 25 Renoncez au mensonge, et que chacun dise la vérité à son prochain ; car nous sommes membres les uns des autres. 26 Si vous vous mettez en colère ne péchez point (en paroles, vu le contexte) que le soleil ne se couche pas sur votre colère, et ne donnez pas accès au diable.
29 qu’il ne sorte de votre bouche aucune parole malsaine.
30 N’attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption. 31 Que toute amertume, colère clameur, calomnie, animosité et toute sorte de méchanceté disparaissent du milieu de vous. 32 Soyez bons les uns envers les autres, compatissants, vous pardonnant comme Dieu vous a pardonné en Christ.
Qu’ai-je laissé à mes enfants, à mon entourage ?
Transmettre ce n’est pas donner des ordres, c’est encourager, être bienveillant, avoir un mot gentil, un sourire, une écoute envers ceux qui sont sous notre responsabilité.
N’oublions pas que nous sommes des instruments de l’amour de Christ.
4) Enfin dernière chose, le bilan que nous faisons sera peut-être le dernier et tout bilan spirituel est une préparation pour le tout dernier bilan dont nous aurons à rendre compte devant le Seigneur.
Si l’Ecriture nous encourage à effectuer ces bilans, c’est parce qu’un jour Dieu va se retrouver face à nous et va faire avec nous le bilan de toute notre vie.
Tout ce que nous avons fait dans notre vie, les récompenses etc.
On fait des bilans pour voir ce qui doit être amélioré, ce qui doit changer.
Pour conclure, il y a 5 questions que nous devons nous poser.

-  Ai-je accompli ma mission ou mes objectifs pour cette année ?
-  Quels sont mes dons et comment je les ai utilisés ?
-  Que disent les croyants et incroyants de mon ministère ?
-  Ai-je progressé depuis ma conversion et particulièrement cette année ?
-  Quels recommandations ou éloges, dois-je faire à d’autres concernés par mon ministère ?

Lorsqu’on fait son bilan, il y a deux pièges à éviter :
Il faut éviter d’être triomphaliste, de penser qu’on a tout bien fait, ne pas être des personnes ayant une haute opinion de soi, et par contre ne pas être mortifère non plus en disant toujours qu’on ne progresse jamais, qu’on est nul etc…
Dans Luc 17 V 7 à 10 cela doit nous stabiliser dans notre bilan, notre perception de nous-même :
7 Qui de vous, s’il a un serviteur qui laboure ou fait paître les troupeaux lui dira quand il revient des champs, viens tout de suite te mettre à table, 8 ne lui dira-t-il pas au contraire prépare-moi le repas, mets-toi en tenue pour me servir jusqu’à ce que j’ai mangé et bu, après cela, toi tu mangeras et boiras. 9 Aura-t-il de la reconnaissance envers ce serviteur parce qu’il a fait ce qui lui était ordonné ? 10 Vous de même lorsque vous avez fait tout ce qu’il vous a été ordonné dites : nous sommes des serviteurs inutiles, nous avons fait ce que nous devions faire.
Il faut nous rappeler que notre vie sur terre n’est pas à propos de nous, mais de Christ.
Ce que je fais tous les jours, c’est pour Christ, que ce soit dans mon foyer, mon travail, dans l’église, partout où je me trouve.
Tout ce que je fais et que j’ai fait, c’est Christ qui me donne le vouloir et le faire et je lui donne gloire car rien ne se fait par moi personnellement, mais grâce à Christ.
QUE LE SEIGNEUR NOUS AIDE A LE GLORIFIER !

Pasteur Jean-Elie MOULIN

Retour en haut
Qui sommes-nous ?       Divers       Contacts       Mentions légales      
Copyright 2013 EGLISE EVANGELIQUE BATPISTE DU PLATEAU FOFO
une réalisation NASDY Digital Studio