Vous êtes ici : Accueil > Prédications > Jean-Elie MOULIN > L’épanouissement spirituel dans l’église

L’épanouissement spirituel dans l’église

EPHESIENS 4.11-16

V 11 "Et" = le résultat de l’œuvre de Christ précédemment citée (v 1-10).
Il a donné = Aoriste "culminatif". Paul contemple l’œuvre de Christ et considère ces conséquences : les Apôtres etc. sont des dons, des cadeaux faits au peuple de Dieu. (Notion d’honneur lié aux ministres du culte).
Les apôtres ont jeté les fondements de l’Eglise (cf. 1 Cor 3).

Les prophètes (du temps de Paul le canon n’était pas clos) devaient annoncer la Parole de manière infaillible !!!

Les Evangélistes proclament la bonne nouvelle avec un certain succès bien qu’ils ne soient pas forcément des apôtres, les bergers et enseignants (dans les écoles bibliques par exemple) exposent l’Ecriture.

Plutôt que d’exagérer les différences entre tous ces ministères, il est bon d’accentuer l’unité qui les rassemblent : ils sont tous basés sur l’Ecriture et ont tous Christ pour centre (notons que Paul, par ex rassemblait presque toutes ses fonctions : 1 Tim 2.7 prédicateur (prophète au 1er sens), apôtre, enseignant des païens et donc évangéliste).

Dans quels buts ?
1- POUR EQUIPPER LES SAINTS
C’est à dire les qualifier pour ce travail, les rendre adéquat, donner les compétences nécessaires, avec l’idée d’être pleinement qualifiés pas à moitié.
Pour le service = le diaconat, c’est d’un côté ce qui a trait à une fonction pratique dans l’Eglise : administration, collectes, aides aux nécessiteux etc. et de l’autre ce qui a trait à un service spirituel d’un caractère officiel.

2- POUR EDIFIER LES SAINTS
édifier = construire, rende capable, fort.
Paul emprunte un terme architectural qui évoque la construction d’un bâtiment et aussi un bâtiment fini.

Parenthèse : JUSQUES A QUAND AURA LIEU CE PROCESSUS ?
Jusqu’à la maturité pleine et entière ! Jusqu’au jour où le Seigneur reviendra ou quand nous serons morts !
Christ a promis qu’il bâtirait son église et que la mort ne réussirait pas à l’anéantir. Il n’abandonnera jamais son œuvre. Cependant : Apoc 3.1-3 cette assemblée était prête de mourir ! Si l’Eglise ne fait pas d’effort, Christ la sanctionnera et fera cesser son témoignage.

3- POUR PROTEGER LES SAITNS DE L’INFANTILISME SPIRITUEL
L’enfant dont il est fait référence ici est un bébé de pas plus de 3-4 ans. C’est quelqu’un qui babille encore. Le terme fait en fait allusion, comme dans le Grec classique, à quelqu’un qui est insensé, stupide et immature. Il ne réfléchit à rien et ne discerne rien. Quelqu’un dans cette situation est aisément manipulable d’où l’image du bateau en pleine tempête agité par les vents et très peu stable.

Un enfant spirituel est sujet à 4 dangers énumérés par Paul :
a) les enseignements erronés car c’est bien de cela qu’il s’agit : les Corinthiens avaient leurs super-apôtres, qui niaient la résurrection, qui en voulaient à leur argent.
b) la fourberie (qui vient du mot "dé," "kubéïa" c’est à dire "jouer aux dés" peut-être pipés et voler des malheureux). Ce serait le résultat de la méchanceté humaine.
c) la ruse c’est appliquer son intelligence pour piéger l’autre et lui faire du mal. Il y a ici un soupçon d’influence satanique agissant dans les hommes.
d) les manœuvres, ce sont des plans mûrement réfléchis qui sont extrêmement futés, machiavéliques dirons nous (du Grec "methodia" qui nous a donné le mot "méthode"). Paul y fait référence dans Eph 6.11. L’idée est que les attaques sont diverses, imprévisibles et extrêmement dangereuses.
Satan envoie des sbires qui cherchent à faire croire des erreurs sciemment et malicieusement.

5- POUR FAIRE CROITRE L’EGLISE
Comment ? De 2 manières :
a) en disant la vérité dans l’amour.
Les Ephésiens avaient visiblement des problèmes car Paul les exhorte à jeter dehors les mensonges, les insultes et les disputes : Eph 4v25-5.4.
Les croyants doivent éviter le mensonge à tout prix et lorsque les choses ne vont pas, le dire. Mais Paul n’a pas dit de ventiler simplement, c’est à dire de "dire les 4 vérités" pour se sentir mieux.
Le but d’une confrontation dans la vérité n’est pas de se sentir mieux mais d’honorer Dieu et d’édifier l’autre. Un échange de vérité entre Chrétiens les laisse affermis et revigorés et non en colère.
Comment éviter les disputes à cause de nos paroles ?
v 15 En parlant avec amour. Jusqu’à maintenant, beaucoup ont fait la différence entre l’amour agapé et philia mais cette nuance ne peut être faite que dans certains contextes.
L’amour n’est pas principalement une émotion, c’est un engagement volontaire, c’est un acte de la volonté pris sur la base d’une appréciation sincère et d’une haute estime de l’être aimé. L’amour est tellement important aux yeux de Dieu que son absence dans nos vies annule toute bonne œuvre accomplie sur terre !
C’est pour cela que l’amour est un commandement dans l’Ecriture : Dieu nous commande de l’aimer et d’aimer notre prochain. Il nous faut avec foi et l’aide du Seigneur nous décider à regarder l’autre, à voir ses qualités, à les louer, à les recommander et à se mettre à son service. Car l’amour ne veut jamais dire dominer sur l’autre et attendre qu’il fasse le premier pas, mais bien se placer sous l’autre et aller au-devant de ses désirs.

APPLICATION : Le but du Seigneur est que nous grandissions dans tous les domaines spirituels possibles. Un Chrétien est fait pour avancer, s’il n’avance pas, il recule. Ill : on n’a jamais vu un homme grandir puis perdre des centimètres de manière naturelle !
En faisant un petit bilan sur nous même, pouvons nous dire que nous avons grandi ? Que nous avons laissé l’Esprit faire son travail en nous et que nous avons nous mêmes œuvrés pour que nous grandissions spirituellement ?
Finir notre vie chrétienne plus mal que nous l’avons commencée serait un déshonneur monumental ! Une perte de temps et de récompense incalculable !

b) En demeurant uni à Christ
Christ nous unit et nous place dans le corps là où bon lui semble. Ce n’est pas nous qui nous plaçons mais avec l’orientation de l’Esprit, les conseils des frères nous reconnaissons notre rôle et agissons efficacement.
Christ est le chef de l’Eglise, non pas le conseil ou les pasteurs ou un membre influent.
L’analogie qu’à choisie Paul est sans doute la meilleure : la tête, le cerveau notamment est l’organe qui contrôle quasiment tout le corps, c’est le cerveau qui contrôle la pression sanguine, le rythme cardiaque, les hormones, c’est le cerveau qui décrypte les informations de l’extérieur.
Sur notre tête se trouvent les organes sensoriels les plus importants. On ne peut pas vivre sans tête !
L’union avec Christ est capitale, qui est notre plus grand sujet de joie en ce bas-monde, n’est-ce pas le Seigneur Jésus. Lorsque c’est vraiment le cas, notre vie en est transformée parce que Jésus vit et transparait à travers nous !
L’amour est et sera toujours le signe distinctif de la présence de Christ dans le corps (v 16).

Répondre à cet article

Retour en haut
Qui sommes-nous ?       Divers       Contacts       Mentions légales      
Copyright 2013 EGLISE EVANGELIQUE BATPISTE DU PLATEAU FOFO
une réalisation NASDY Digital Studio