Vous êtes ici : Accueil > Prédications > Paul MOULIN > L’ivraie et le bon grain

L’ivraie et le bon grain

IMG/mp3/paul_moulin_-_l_ivraie_et_le_bon_grain.mp3


Matthieu 13 V 24:43

24. Il leur proposa une autre parabole, et il dit : Le royaume des cieux est semblable à un homme qui a semé une bonne semence dans son champ. 25. Mais, pendant que les gens dormaient, son ennemi vint, sema de l’ivraie parmi le blé, et s’en alla. 26. Lorsque l’herbe eut poussé et donné du fruit, l’ivraie parut aussi. 27. Les serviteurs du maître de la maison vinrent lui dire : Seigneur, n’as-tu pas semé une bonne semence dans ton champ ? D’où vient donc qu’il y a de l’ivraie ? 28. Il leur répondit : C’est un ennemi qui a fait cela. Et les serviteurs lui dirent : Veux-tu que nous allions l’arracher ? 29 Non, dit-il, de peur qu’en arrachant l’ivraie, vous ne déraciniez en même temps le blé. 30. Laissez croître ensemble l’un et l’autre jusqu’à la moisson, et, à l’époque de la moisson, je dirai aux moissonneurs : Arrachez d’abord l’ivraie, et liez-la en gerbes pour la brûler, mais amassez le blé dans mon grenier. 31. Il leur proposa une autre parabole, et il dit : Le royaume des cieux est semblable à un grain de sénevé qu’un homme a pris et semé dans son champ. 32. C’est la plus petite de toutes les semences ; mais, quand il a poussé, il est plus grand que les légumes et devient un arbre, de sorte que les oiseaux du ciel viennent habiter dans ses branches. 33. Il leur dit cette autre parabole : Le royaume des cieux est semblable à du levain qu’une femme a pris et mis dans trois mesures de farine, jusqu’à ce que la pâte soit toute levée. 34. Jésus dit à la foule toutes ces choses en paraboles, et il ne lui parlait point sans parabole, 35 afin que s’accomplît ce qui avait été annoncé par le prophète : J’ouvrirai ma bouche en paraboles, Je publierai des choses cachées depuis la création du monde. 36. Alors il renvoya la foule, et entra dans la maison. Ses disciples s’approchèrent de lui, et lui dirent : Explique-nous la parabole de l’ivraie du champ. 37. Il répondit : Celui qui sème la bonne semence, c’est le fils de l’homme ; 38 le champ, c’est le monde, ; la bonne semence, ce sont les fils du royaume ; l’ivraie, ce sont les fils du malin ; 39 l’ennemi qui l’a semée, c’est le diable ; la moisson, c’est la fin du monde ; les moissonneurs, ce sont les anges. 40 Or, comme on arrache l’ivraie et qu’on la jette au feu, il en sera de même à la fin du monde. 41. Le Fils de l’homme enverra ses anges, qui arracheront de son royaume tous les scandales et ceux qui commettent l’iniquité : 42 et ils les jetteront dans la fournaise ardente, où il y aura des pleurs et des grincements de dents. 43 Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le royaume de leur Père. Que celui qui a des oreilles pour entendre entende.

On constate dans l’Ecriture au CH 7, 7 paraboles autour du royaume.
Quelle illustration Jésus a-t-il voulu donner aux disciples ?
Les paraboles servent à mettre en évidence une vérité importante.
Elles mettent en évidence la souveraineté de Dieu qui est dans ce monde la chose la plus contestée.
Dieu est un maître puissant qui n’a pas besoin de rendre des comptes aux hommes, il fait ce qu’il veut, et il a toujours promis de nous accompagner et ne jamais nous laisser seuls et c’est le plus important, même s’il ne nous révèle pas certaines choses.
Il a laissé sa Parole écrite et nous devons la sonder pour connaître toutes les vérités.
Les paraboles ont pour but de nous enseigner des vérités, de nous mettre en présence du Dieu souverain qui est au contrôle de tout.
Si Dieu avait laissé au malin la direction de ce monde, nous l’aurions vu de suite parce que le diable est méchant et meurtrier à dit Jésus.
Si les croyants peuvent encore louer Dieu, le servir, l’adorer, vivre pour lui, c’est bien parce que Dieu est souverain et qu’il empêche à son ennemi de faire ce qu’il veut.
La parabole citée plus haut, montre le sort éternel de l’homme qui a été invité à faire le choix de la vie ou de la mort.
Elle nous montre qu’il y a deux catégories de personnes : l’ivraie et le blé.
Elle nous montre que le jugement et la condamnation sont déjà préétablis par Dieu qui connaît tout.
Le salut pour les uns et la condamnation pour les autres.

Au CH 13 V 10 il est dit :

10. Les disciples s’approchèrent, et lui dirent : Pourquoi leur parles-tu en paraboles ? 11. Jésus leur répondit : Parce qu’il vous a été donné de connaître les mystères du royaume des cieux, et que cela ne leur a pas été donné. 12. Car on donnera à celui qui a, et il sera dans l’abondance, mais à celui qui n’a pas on ôtera même ce qu’il a. 13. C’est pourquoi je leur parle en paraboles, parce qu’en voyant ils ne voient point, et qu’en entendant ils n’entendent ni ne comprennent. 14. Et pour eux s’accomplit cette prophétie d’Esaïe : Vous entendrez de vos oreilles, et vous ne comprendrez point ; Vous regarderez de vos yeux, et vous ne verrez point. 15. Car le cœur de ce peuple est devenu insensible ; Ils ont endurci leurs oreilles, et ils ont fermé leurs yeux, de peur qu’ils ne voient de leurs yeux, qu’ils n’entendent de leurs oreilles, qu’ils ne comprennent de leur cœur, qu’ils ne se convertissent, et que je ne les guérisse.

La Parole de Dieu nous montre que ce dont les hommes ont le plus peur, c’est de se convertir, de dire non au péché et aux puissances des ténèbres et de donner leur cœur au Seigneur.
C’est Jésus lui-même qui dit, qu’il a été obligé de parler en paraboles pour signer leur propre jugement. Ils vont entendre mais ne comprendront pas et c’est à cela qu’ils sont destinés.
La parabole a pour but de montrer que la condamnation et le jugement sont des faits connus et préétablis par Dieu.
La Bible nous dit que Dieu est obligé d’endurcir le cœur de certains, parce qu’en entendant ils ne sont pas préparés à recevoir les bienfaits de la Parole.
Ce texte est terrible, car Jésus appelé l’homme doux et humble de cœur, celui qui invite les gens à venir à lui pour avoir la paix et le repos, est aussi celui qui nous donne cet aspect du jugement terrible et redoutable.
Le texte nous parle de l’ivraie.
L’ivraie est enracinée dans l’histoire de l’humanité.
Dans l’Ancien Testament déjà il est question d’un peuple de Dieu, des hommes qui se sont tournés vers Dieu et d’autres qui ont toujours manifesté une farouche opposition à Dieu.
Nous pouvons affirmer avec certitude que ce n’était pas le plan de Dieu pour l’histoire de l’humanité.
Lorsque Dieu place Adam le premier homme dans un jardin, c’est pour son épanouissement total.
Adam n’était pas cette figure tourmentée qu’on voit au travers de l’homme actuel. Ce monde dans lequel nous vivons est tourmenté.
Le prophète Esaïe a dit au CH 24 V 19 :

19. La terre est déchirée, la terre se brise, la terre chancelle. 20. La terre chancelle comme un homme ivre, elle vacille comme une cabane ; son péché pèse sur elle, elle tombe et ne se relève plus.

Il faudrait être profondément illogique pour ne pas voir que notre terre chancelle.
Le quotidien n’est constitué que de choses affreuses.
Le prix que nous payons à l’ennemi de nos âmes est extrêmement lourd.
Nous avons de grandes questions, pourquoi sommes-nous là ? Que faisons-nous, où allons-nous ?
L’homme de la rue est arrivé à cette conclusion que ce monde est un éternel recommencement, et le pire dans l’angoisse des hommes qui ne connaissent pas Dieu c’est que pour eux, ce monde n’a pas de but de manière identifié, l’univers semble être indifférent à ce que l’homme a subi hier, il continue sa course effrénée et conduit les hommes vers les mêmes problèmes sinon encore plus graves et l’histoire semble pour beaucoup une suite de crise, et de souffrances.
Si on ne connaît pas Dieu, si on ne connaît pas la Bible et le plan de Dieu pour l’homme, la terre, ce monde, ces choses sont des énigmes incompréhensibles.
Depuis que le monde est monde, qu’a-t-il procuré de bon aux hommes ?
C’est un éternel recommencement, les cycles se déroulent avec une précision millimétrée et c’est l’apôtre Pierre qui dit :
Les hommes disent : Depuis que les pères sont morts, tout demeure comme au commencement.
Plus l’homme réfléchit, plus il voudrait connaître le sens de la vie et plus il cherche le sens de la vie loin de Dieu, plus il s’égare.
Jésus a dit lui-même : Ta Parole est la vérité, et ce que Jésus dit est beaucoup plus fiable que ce que peuvent dire les hommes.
Il n’y a pas d’autres vérités que la Parole de Dieu, et toutes les autres vérités sont contestables, tout simplement parce qu’aujourd’hui il n’y a pas d’hommes inspirés.
L’inspiration ne concerne que les auteurs sacrés, ceux à qui Dieu a donné l’inspiration pour écrire la Bible.
L’homme d’aujourd’hui vit dans une détresse et une peur. Il se demande pourquoi devrait-il sacrifier le présent pour un avenir hypothétique ?
Cela a jeté les bases d’une philosophie appelée : l’existentialisme qui est un courant moderne plaçant les besoins quotidiens de l’individu comme essentiels.
C’est l’instant présent qui compte, nous voulons tout et profiter de tout, et puisque c’est l’instant présent qui compte : mangeons, buvons car demain nous mourrons.
C’est l’apôtre Paul qui en parlait déjà il y a plus de 2000 ans, c’était déjà écrit.
Jésus a dit dans le texte précédemment : C’est un ennemi qui a fait cela, il connaissait bien cet ennemi en l’occurrence le diable.
Jésus a dit qu’il est venu dans ce monde pour annoncer la bonne nouvelle aux pauvres, et le but de sa venue était de donner sa vie en rançon pour le péché.
Dès le début, Satan a jeté le trouble dans la création divine en poussant Eve et Adam à la révolte, il a provoqué toutes les souffrances que l’on voit dans l’Ancien Testament, et lorsque Jésus devait venir dans ce monde, celui qui est la source du mal s’est désigné comme le pire ennemi de Jésus.
Le diable connaît les écritures et savait parfaitement que le but de la venue de Jésus était de sauver le monde, c’est pourquoi il s’est déclaré le pire ennemi de Jésus.
Le diable a cherché à tuer Jésus lorsqu’il était bébé en la personne d’Hérode.
Jésus a vu se dresser contre lui sa propre famille, le diable a cherché à le détourner de sa mission lorsqu’il était dans le désert, et que dire de la haine implacable des autorités religieuses en place vouées à Jésus parce que sa parole n’allait pas dans le même sens que la leur.
Jésus connaissait très bien son ennemi car il a eu directement affaire à lui.
Jésus a subi les agressions de l’enfer parce qu’il a voulu prendre nos péchés pour que nous ne soyons pas condamnés.
En dépit de tous les efforts du diable pour retenir Jésus captif de la mort, et ce n’est pas faute d’avoir essayé, sachant que Jésus devait ressusciter pour la justification des hommes et des femmes pour qu’ils soient purs devant Dieu, il a mis le paquet, il a sans doute demandé à l’enfer entier de retenir celui qui était mort, qui avait donné sa vie pour l’empêcher de revenir à la vie.
Il était impossible que Jésus restât prisonnier de la tombe et du malin, et il est sorti vainqueur de cette épreuve.
Satan qui était l’homme fort a été lié, dépouillé, vaincu.
Les croyants devraient se réjouir de ce qu’ils sont vainqueurs à cause de la victoire de Jésus.
Parfois les hommes vont chercher l’aide de Satan dans certains domaines, mais les croyants doivent savoir qu’il a été vaincu mais qu’il a gardé tout son potentiel de méchanceté.
C’est vrai qu’il rôde, qu’il rugit comme le dit la Bible mais les croyants doivent croire qu’ils sont vainqueurs avec le vainqueur.
Les croyants ne sont pas démunis devant les épreuves parce que Jésus est vainqueur.
Aujourd’hui l’Eglise est confrontée à des défis comme la foi en la Parole écrite, comme l’obéissance à cette Parole, comme le défi de la vraie spiritualité que les croyants doivent découvrir en Jésus.
Satan va toujours nous attendre sur ce terrain.
L’une des dernières vérités de ce texte est que Jésus parle de la fin du monde dans Matthieu 13.
Tout esprit logique, aspire à ce qu’il y ait un semblant de justice dans ce monde. C’est normal il y a tant de méchanceté, d’injustice, de populations anéanties, de basses méchancetés faites dans l’ombre, des cœurs pervers qui ne pensent qu’à faire mal aux autres etc…
Ce serait absurde de croire qu’on peut fonctionner comme cela, qu’il n’y aura jamais de jugement, de tribunal et que c’est le plus fort qui a le dernier mot. Ce n’est pas vrai !
Habacuc dans l’Ancien Testament a dit à Dieu :
Seigneur, je ne comprends pas le méchant triomphe du juste, on rend des jugements iniques, la vérité n’a point de force et rien ne se produit.
Le Seigneur lui a répondu que c’est lui qui percevait les choses ainsi mais de lever les yeux car le Seigneur avait déjà mis en branle un peuple, les babyloniens qui font des dégâts partout laissant chaque pays en ruine, et lorsque le prophète avec les yeux de la foi a compris ce que Dieu avait comme projet pour son peuple Israël, il a dit non Seigneur cela ne peut venir de toi.
L’Eternel lui a dit que c’était une promesse qui tarderait mais qui se réaliserait.
Autrement dit, Dieu n’a pas laissé l’histoire de ce monde sans but précis. Il n’y a rien d’absurde dans le fonctionnement de tout ce qui se produit ici-bas, tout marche vers un terme qui est le jugement, le ciel, le châtiment éternel dans des endroits où Christ dit qu’il y aura des pleurs et des grincements de dents.
La fin ce sera également les retrouvailles du paradis perdu.
Ce sont les deux vérités que nous rapporte l’écriture.
L’enfer peut faire sourire certains, mais c’est Jésus lui-même qui en a le plus parlé notamment dans les paraboles.
MATTHIEU 24 V 30 :

30. C’est alors que le signe du Fils de l’homme apparaîtra dans le ciel. Alors tous les peuples de la terre se lamenteront, et ils verront le Fils de l’homme venir sur les nuées du ciel avec beaucoup de puissance et de gloire. 31. Il enverra ses anges rassembler, au son des trompettes éclatantes, ses élus des quatre coins du monde, d’un bout à l’autre de l’univers.

Jésus n’a pas été dans le flou, il a dit qu’il reviendra et reviendra pour juger.
Satan a voulu créer les faux, il y a les vrais enfants de Dieu et les faux.
Dans les églises il y a donc l’ivraie qui est les faux-jetons.
Nous avons la parabole des quatre terrains où effectivement il y a des personnes qui ont entendu l’évangile mais Satan a ôté ce qui avait été semé et Jésus a montré que l’on peut être superficiel dans son approche de l’évangile.
Lorsqu’on a reçu le Christ, on reste attaché à lui, on marche avec lui, on se laisse transformer par lui, on obéit.
L’évangile n’est pas un théorème compliqué et technique.
Nous ne devons pas nous étonner que même si dans les églises où les personnes s’efforcent d’être fidèles à Dieu, il y ait des faux-jetons parce que Satan a semé l’ivraie.
L’évangile est beau et attrayant et souvent les gens y court, mais le Seigneur a dit que l’évangile est de prendre sa croix et de marcher à sa suite, c’est un chemin étroit qui demande des efforts et dans ce texte les fils du malin ne se sont pas donné la peine de faire cela parce qu’ils sont des produits de l’enfer et qu’ils seront jetés dans le lieu de tourments avec Satan et ses anges.
Ce sont des vérités bibliques qu’on le veuille ou non.

Pasteur Paul MOULIN

Retour en haut
Qui sommes-nous ?       Divers       Contacts       Mentions légales      
Copyright 2013 EGLISE EVANGELIQUE BATPISTE DU PLATEAU FOFO
une réalisation NASDY Digital Studio