Vous êtes ici : Accueil > Etudes Bibliques > Jean-Elie MOULIN > Le Livre d’Amos acte 1

Le Livre d’Amos acte 1

IMG/mp3/jean-elie_moulin_-_amos_act_1_.mp3

AMOS – Chapitre 1 – v.1, Ce petit verset pour introduire le Livre d’Amos :
« Paroles d’Amos, l’un des bergers de Tekoa, visions qu’il eut sur Israël, au temps d’Ozias, roi de Juda, et au temps de Jéroboam, fils de Joas, roi d’Israël, deux ans avant le tremblement de terre ».
Amos veut dire « fardeau » ou plus exactement, « chargé d’un fardeau », un nom qui n’augure rien de bon. Ce sera le fardeau de la révélation de Dieu. Amos était un Judéen de la région de Tekoa. Il a vécu autour de 750 avant Jésus-Christ. Je vous donne les dates parce que la Bible est un livre historique. Ce n’est pas un conte de fées : « il était une fois ». Tout ceci a vraiment existé. Comment en connaît-on les dates ? : parce qu’on nous donne le nom des rois : c’est ainsi que l’on retrouve les dates des existences de ces personnages de l’époque.
Tekoa se trouve à peu près à 16 km au sud de Jérusalem. C’est une toute petite ville, pas très importante, par contre elle était réputée pour sa sagesse. On retrouve le nom de cette ville dans 2 Samuel 14 dans un épisode avec Absalon quand il est rentré et qu’il a tué son demi-frère. Son père, David, n’étant pas content, l’exila. Joab pour le faire réintégrer la famille fit venir une femme de Tekoa car les gens de cette ville étaient réputés pour leur sagesse et ils savaient arrondir les angles. Ils étaient intelligents dans leur manière de communiquer avec les autres. Cette femme de Tekoa réussit à convaincre David de faire revenir Absalom. C’est une région qui se trouve juste à la limite du désert avec un peu d’eau quand même. On y trouve également quelques arbres et on peut y voir aussi des moutons. Amos n’était pas réellement berger mais plus exactement éleveur de moutons. Il en faisait des croisements, en faisait de nouvelles races. Vous pouvez le lire dans Amos 7. v.14 :Etre berger à l’époque était l’un des derniers métiers. Il avait un autre travail, il cultivait également des figuiers. Il devait faire mûrir les figues pour qu’elles soient comestibles, en les meurtrissant, ou en faisant des petites entailles à la surface de leur peau afin qu’elles mûrissent. Amos était de la classe moyenne, pas pauvre, pas riche non plus. Il était un contemporain de Jonas, d’Osée et d’Esaïe. Comme il le dira lui-même, il n’est pas prophète de formation, ni même fils de prophète, il n’a pas fait de grandes écoles de théologie mais pourtant Dieu lui dira : « Viens, tu seras un prophète pour Israël ». Les gens le regardent avec surprise en lui disant d’un ton ironique : « Tu viens du fin fond du bois, de Tekoa, et c’est toi qui viens nous parler de Dieu !? » et Amos leur répond que Dieu l’a choisi et l’a retiré de là pour qu’il leur donne un message de sa part. Mais vous verrez par la suite que son message n’a pas été bien reçu.
Amos a vécu du temps d’Azaria et surtout du roi Jéroboam 2. Il y a eu 2 Jéroboam. Le premier Jéroboam est très connu. Il a apparu à la mort de Salomon quand le fils de Salomon devait monter sur le trône, Jéroboam, lui, avait été exilé quelque part et quand il est revenu en Israël, il a dit à Roboam : « Ecoute Roboam, tu nous fais payer trop d’impôts ». Et Roboam a demandé conseil à ses sages, aux conseillers de David qui lui ont dit effectivement : « Diminue les impôts ». Il n’était pas d’accord, au contraire il a augmenté les impôts. Et c’est à partir de ce moment-là, qu’Israël a été divisé en deux.
En conséquence, une tribu et demie, la tribu de Juda, la tribu de Benjamin et une demi-tribu de Manassé, sont restées avec Juda et les descendants de David. Tous les autres sont allés avec le premier Jéroboam. On n’a pas d’image de ces rois mais par contre, on a la preuve qu’ils ont bien existé parce qu’on a découvert un sceau royal. Le sceau authentifiait que le roi avait parlé, et sur ce sceau on peut y voir l’image d’un lion. Ce sceau appartenait à un homme du nom de Shema qui n’était autre que le serviteur du roi Jéroboam 2 d’après la datation.
On va voir qui était Jéroboam 2 en lisant 2 Rois 14 – versets 23 à 27.
14.23
La quinzième année d’Amatsia, fils de Joas, roi de Juda, Jéroboam, fils de Joas, roi d’Israël, régna à Samarie. Il régna quarante et un ans
14.24
Il fit ce qui est mal aux yeux de l’Éternel ; il ne se détourna d’aucun des péchés de Jéroboam, fils de Nebath, qui avait fait pécher Israël.

14.25
Il rétablit les limites d’Israël depuis l’entrée de Hamath jusqu’à la mer de la plaine, selon la parole que l’Éternel, le Dieu d’Israël, avait prononcée par son serviteur Jonas, le prophète, fils d’Amitthaï, de Gath Hépher.
14.26
Car l’Éternel vit l’affliction d’Israël à son comble et l’extrémité à laquelle se trouvaient réduits esclaves et hommes libres, sans qu’il y eût personne pour venir au secours d’Israël.
14.27
Or l’Éternel n’avait point résolu d’effacer le nom d’Israël de dessous les cieux, et il les délivra par Jéroboam, fils de Joas.

La chose à retenir de lui, c’est qu’il n’est pas un bon roi. Pourquoi ? Parce qu’il ne s’est pas détourné des péchés de Jéroboam fils de Nebath. Qu’est-ce que Jéroboam avait fait en gros ? On a parlé « des péchés » de Jéroboam. Il en a commis plusieurs. Mais lesquels précisément ? Quand le royaume d’Israël s’est divisé, il s’est dit : « Si les choses restent comme ça, les Israélites vont finir par retourner à Juda ». Pourquoi ? Parce que le temple se trouve à Jérusalem. Alors, il s’est dit : « Pour ne pas avoir à gérer ceci, (parce que le peuple va toujours vouloir retourner au temple), je vais me construire deux dieux. Un que je mettrai à la limite sud de mon pays pour que les gens du Sud n’aillent pas à Juda et je vais construire un dieu, un veau, que je mettrai au Nord pour que les gens du Nord n’aient pas à se déplacer. » Quel dieu a-t-il choisi ? Le veau.
Le veau qu’Israël avait construit dans le désert. Ils avaient fait un veau en or.
Jéroboam lisait sa Bible et donc, il y trouva la solution. Quand il a fabriqué ces 2 veaux et qu’il y rendait un culte, il a dit exactement ce qu’Aaron avait dit à l’époque « Israël voici ton dieu ou tes dieux qui t’a fait sortir du pays d’Egypte. »
Jéroboam lisait sa Bible mais pour faire ce qui était mal. Ce n’était pas un païen dans le sens où on l’entend, qui mettait Dieu dans son dos : non. Il lisait sa Bible et se débrouillait pour que son culte ressemble au « vrai » culte. C’est ce qui était le plus dangereux chez lui. Pourquoi le culte de Jéroboam a eu de l’emprise sur le culte des Israélites du Nord. Lisons l’origine des 2 veaux dans Exode 32 v.4 et 6.
Aaron a demandé au peuple d’apporter tout leur or, leurs anneaux, etc.

32.4
Il les reçut de leurs mains, jeta l’or dans un moule, et fit un veau en fonte. Et ils dirent : Israël ! Voici ton dieu, qui t’a fait sortir du pays d’Égypte
32.6
Le lendemain, ils se levèrent de bon matin, et ils offrirent des holocaustes et des sacrifices d’actions de grâces. Le peuple s’assit pour manger et pour boire ; puis ils se levèrent pour se divertir.

Quand Moïse descendit de la montagne et vit le peuple, il demanda des explications à Aaron son frère. Celui-ci lui mentit en disant que l’or lui était tombé dans les mains et hop ! un veau en était sorti. Mais pire, Aaron dit qu’il y aura une fête en l’honneur de l’Eternel, qu’il y aura à boire, à manger et on pourra se divertir ! Le verbe divertir employé ici, est un euphémisme pour dire qu’il y aura de la débauche sexuelle. Comme le confirme l’apôtre Paul dans 1 Cor.10 v7. Le peuple a commis l’immoralité et c’est pour cela que 23 000 en sont morts !

Ce culte-là n’était pas seulement de venir s’asseoir dans un temple, boire et manger mais c’était aussi coucher avec la femme de son voisin que l’on convoitait déjà depuis un bon moment ! Et cela avait de l’emprise sur la plupart des hommes de cette assemblée et sur les Israélites aussi.

Jéroboam 1 avait, premièrement, rejeté Dieu, pas de manière franche et ouverte : « oui, oui, j’aime toujours Yahvé le Seigneur. » Mais le Seigneur maintenant ce sont 2 veaux. Deuxièmement, il a toujours refusé de réconcilier Juda et Israël : ce qu’il aurait dû faire. Et troisièmement, il a instauré un faux culte dont lui-même était le chef. Lire 1 Rois 12 v26 à 33. Non seulement il a fait ces veaux, mais il est devenu le souverain sacrificateur. Il avait fait construire une estrade sur laquelle il se tenait. Il commençait à offrir ses sacrifices, quand le fameux vieux prophète arriva. Celui-ci cria à l’autel qu’il fallait qu’il se fende et Jéroboam eut sa main coincée sur l’autel.

Jéroboam 1 a complètement oublié qui était Dieu ! Il a lui-même instauré un faux culte. Il était lui-même le chef de ce faux culte dont il dirigeait lui-même les choses politiquement et religieusement, et ensuite il a provoqué le fait que Dieu punisse la nation à cause de sa désobéissance. A cause de la désobéissance de Jéroboam, il y a eu des guerres, des troubles en Israël. Le texte nous dit que Dieu punit Jéroboam 1 par la mort.

Jéroboam 2 aime aussi le culte du veau d’or, il rejette Dieu tout autant. Il refuse de réconcilier Juda et Israël. Pour lui, ce n’est pas un problème qu’il y ait deux nations à part, alors qu’elles parlent la même langue et qu’elles sont supposées servir le même Dieu, etc. Il va poursuivre le même culte en étant le chef, c’est une évidence. Mais la grande différence, comme nous l’avons lu dans 2 Rois 14 : Dieu n’a pas voulu effacer le nom d’Israël de la carte et il a donné une dernière chance à Israël en disant : « Je vous permets de survivre encore » et même il a permis à Jéroboam d’augmenter la superficie du territoire en regagnant des villes qui avaient été perdues. Et pendant le règne de Jéroboam, d’une certaine façon, le peuple vivait bien, même très bien. C’était là tout le problème. Jéroboam a régné pendant 41 ans ! D’habitude quand Dieu n’aime pas un roi, il ne lui accorde pas autant d’années de règne. Le fils de Jéroboam régna 6 mois et on l’a tué. Donc, normalement Jéroboam 2 qui était tout aussi mauvais que son prédécesseur n’aurait jamais dû rester aussi longtemps sur le trône. Pourtant, Dieu l’a laissé. Nous allons découvrir pourquoi en passant tout de suite à l’autre roi qui a vécu au temps d’Amos : c’est le roi Ozias.

Nous avons la preuve de son existence par une pierre que l’on a retrouvée du temps de Christ sur laquelle était gravé : « Ici ont été amenés les os d’Ozias roi de Juda. Ne pas ouvrir. »
On a déplacé les os d’un tombeau original dans un autre tombeau que l’on n’a pas retrouvé. On a juste cette pierre-là comme témoin. Ozias a vraiment existé, il a vraiment été enterré dans la cité de David, où ? On ne sait pas exactement mais on a retrouvé cette stèle qui le prouve. Ozias était différent, il était bon, il a fait de bonnes choses, sauf une fois où cela a mal tourné pour lui. On peut le lire dans 2 Chroniques 26 v. 16. Il nous est dit à son sujet :

Mais lorsqu’il fut puissant, son cœur s’éleva pour le perdre. Il pécha contre l’Éternel, son Dieu : il entra dans le temple de l’Éternel pour brûler des parfums sur l’autel des parfums

Ozias avait tout bien fait jusque-là, au verset 4 du chapitre 26, il est dit :

Il fit ce qui est droit aux yeux de l’Éternel, entièrement comme avait fait Amatsia, son père.

Ozias avait bien commencé mais hélas il a commis une erreur qui a eu de très graves conséquences. Il a pris la place des sacrificateurs. Il est entré dans le temple alors qu’il n’en avait absolument pas le droit. Il voulait jouer le rôle d’Aaron. Il a peut-être été influencé par Jéroboam. Il a donc décidé de rentrer dans le temple et de prendre une responsabilité qui n’était pas la sienne. Pourquoi ? Le texte le dit au début : « lorsqu’il fut puissant son cœur s’éleva pour le perdre ».

Pour conclure :

Azaria (également appelé Ozias) et Jéroboam avaient un point commun : leurs deux royaumes étaient très riches. Pourquoi ? Parce que la grande puissance de l’époque, l’Assyrie, venait de se faire battre par une autre grande puissance où avaient eu lieu des conflits internes. Donc, elle ne dominait plus sur personne et les royaumes qui étaient autour de l’Assyrie pouvaient se développer : en l’occurrence Juda et Israël. Israël et Juda sont devenus riches, extrêmement riches. Il y avait beaucoup d’argent, les rois, les gens étaient bien traités, c’était une période d’abondance, il n’y avait pas de crise. Donc Israël en a oublié Dieu davantage et dans le cas du royaume de Juda où Ozias avait bien commencé en écoutant Dieu, en prêtant attention aux enseignements des prophètes, avec l’argent, Ozias a fermé ses oreilles « parce qu’il était devenu fort » !

On a là, deux attitudes intéressantes. Quand on regarde l’attitude de Jéroboam qui a complètement oublié Dieu, qui continue dans son idolâtrie, la débauche, etc. Qu’est-ce que Dieu aurait dû faire ? Pourquoi Dieu ne lance t’il pas deux ou trois éclairs pour régler certaines situations .... On a envie de dire à Dieu : « pourquoi ne viens-tu pas visiter la Terre un peu plus souvent, comme tu l’as fait pour Sodome et Gomorrhe, etc. » Dieu a laissé Jéroboam faire ses bêtises pendant plus de 40 ans ! Eh bien, Dieu a été ainsi, bon avec Jéroboam au lieu de le punir, parce que Dieu ne voulait pas éteindre Israël. Il laisse à Israël une dernière et dernière chance. Jéroboam était l’ultime chance pour Israël, et Dieu lui fit du bien. Jéroboam a de l’argent, il a du succès dans ses entreprises militaires. Dieu lui dit : « Je te donne tout cela, mais réfléchis, réfléchis un moment, réfléchis longtemps, je te donne 40 ans pour réfléchir ! » On a envie de dire parfois à Dieu comme Jonas : « Regarde tous ces gens à qui tu donnes de l’argent, et moi je ne peux même pas payer mon loyer ! » Mais Dieu est compatissant, il prend le temps, il est patient, il ne veut pas que les gens périssent. Il laisse encore 40 ans à Israël.

2 Rois 14.

Dieu dit : « C’est assez ! ». Le fils de Jéroboam va se faire tuer rapidement, le remplaçant du fils, va se faire tuer encore plus rapidement et le remplaçant du remplaçant ne va rester sur le trône que deux mois seulement et ensuite, Israël sera emmené en déportation.

Dieu nous montre qu’il est patient, très patient envers des gens qui ne le méritent pas. On a tendance à s’aigrir contre telle ou telle personne. Dieu nous dit : « Patiente, avant tu étais comme lui, comme elle et moi je t’ai fait grâce ». Il faut être patient avec le Seigneur. Et puis, pour le chrétien, il y a une leçon à tirer de cette histoire. Ozias aurait dû tenir le cap jusqu’au bout. Dieu l’a béni. Dieu a vu qu’il était obéissant et pour le récompenser Dieu lui a donné de grands biens aussi. Dieu lui a donné de belles choses. Qu’est-ce qu’Ozias a dit : « C’est moi qui ai réussi à faire tout cela ». Apparemment, Ozias avait de l’intelligence, il avait inventé des armes de guerre, ou fait inventer des armes de guerre, il avait une armée importante, c’était un bâtisseur. Il était très intelligent et très riche. Mais parfois, c’est un très mauvais cocktail ! Parce qu’à la fin, il s’est dit : « C’est moi qui suis grand ! »

Il y a un exemple flagrant dans Ezéchiel 28 v2 quand Satan est tombé précisément à cause de son orgueil. Toujours dans Ez. 28 v2 en parlant du roi de Tyr, on a la même expression : « son cœur s’est enflé d’orgueil » ou « son cœur s’est élevé pour le perdre ».

Fils de l’homme, dis au prince de Tyr : Ainsi parle le Seigneur, l’Éternel : Ton cœur s’est élevé, et tu as dit : Je suis Dieu, Je suis assis sur le siège de Dieu, au sein des mers ! Toi, tu es homme et non Dieu, Et tu prends ta volonté pour la volonté de Dieu.

Et dans Proverbes 18 v12 il est dit :

Avant la ruine, le cœur de l’homme s’élève ; Mais l’humilité précède la gloire.

Il nous faut nous demander à l’heure actuelle, en quoi sommes-nous hautains ? En quoi sommes-nous arrogants ? En quoi nous considérons-nous comme supérieurs aux autres ? Dans le cas d’Ozias, cela eut des conséquences terribles ! Il est entré pour brûler son parfum, ... On pourrait dire : « bon, le Seigneur exagère : c’était une bonne action après tout ! » Le texte dit : « Parce qu’il s’est entêté à commettre ce péché, la colère de Dieu s’est enflammée » ... et à l’instant, Ozias a eu la lèpre sous les yeux des prêtres qui étaient venus pour lui dire : « Mais qu’est-ce que tu fais là ? » Alors, Ozias s’est fâché contre les prêtres et Dieu nous dit qu’il l’a frappé de la lèpre depuis le sommet de la tête jusqu’à la plante des pieds !

Quand il a vu qu’il était dévoré par la lèpre, il s’est mis à courir pour sortir du temple et même les prêtres qui étaient là, le poussaient pour le faire sortir. Tout le monde était pressé de sortir ..... Et Ozias n’a jamais pu remettre les pieds, ni à Jérusalem, ni dans le temple. Jamais de toute sa vie.
Il est mort lépreux quelque part. En fait, on dit même que sa tombe était à part de celles des autres rois parce qu’il était lépreux et que c’est son fils qui finalement devait gérer les affaires en son absence.
Le texte nous dit que pour le chrétien en particulier, Dieu ne plaisante pas avec l’idée de l’orgueil. L’orgueil est un problème personnel à considérer. Dans quelle mesure sommes-nous orgueilleux ? On termine en disant que la seule solution à l’orgueil, à la fierté, ce sont ces deux éléments : la repentance et l’humilité.

Plus tard, un autre roi a eu les mêmes problèmes : c’est Ezéchias. Il s’est élevé aussi et Dieu a frappé son pays. Alors il s’est humilié lui et tout le peuple, et le Seigneur nous dit qu’il lui a pardonné et qu’il l’a rétabli.

Amos se trouve dans cette perspective.
Les gens autour de lui sont riches, sont religieux pour ceux du royaume de Juda, mais s’est surtout adressé au royaume d’Israël. Ce sont des gens qui sont impies, qui vivent sans Dieu, même s’ils ont le nom de Dieu (tout rapprochement avec notre société est tout à fait permis).
Ce sont des gens qui disent servir Dieu mais qui l’ont complètement oublié. C’est pour cela que, lorsque vous allez lire le livre d’Amos, vous allez voir que son message a l’air d’être exceptionnellement dur. Son but n’est pas de briser les gens mais de provoquer la repentance. Il nous faut réfléchir à cela.

Sommes-nous orgueilleux ? Avons-nous oublié Dieu ? Peut-être que nous sommes dans cette situation et que notre vie chrétienne a pris un virage qui n’est pas très bon. Il est toujours temps de se repentir et de revenir à notre Dieu.

Retour en haut
Qui sommes-nous ?       Divers       Contacts       Mentions légales      
Copyright 2013 EGLISE EVANGELIQUE BATPISTE DU PLATEAU FOFO
une réalisation NASDY Digital Studio